Accueil » Articles » Les Liens Externes Expliqués : Tout Savoir sur les Liens Externes

Les Liens Externes Expliqués : Tout Savoir sur les Liens Externes

Un « lien externe » (ou backlink) est un lien fait par un autre site web vers le vôtre.

Jusqu’à récemment, il était possible de construire toute sa stratégie de référencement autour de l’acquisition de liens externes en masse tellement ce critère avait d’importance dans l’algorithme de classement des sites Internet de Google.

Nous allons voir qu’aujourd’hui tout cela est devenu un peu plus complexe, mais qu’il reste essentiel d’avoir une stratégie d’acquisition de liens externes.

    Vous allez apprendre :

  • Ce qu’est un lien externe ;
  • Comment positionner un site web en première position sur Google il y a quelques années de cela ;
  • L’importance des liens externes aujourd’hui encore et comment bien les utiliser.

Il était une fois… L’ère de l’acquisition de liens externes en masse

Google, et ce depuis sa création, accordait une importance toute particulière au nombre de liens externes d’un site. La logique était simple : plus un site avait de liens externes, plus celui-ci devait être de qualité.

Le nombre de liens externes était donc le baromètre de la qualité et de la confiance qu’on pouvait placer en un site selon Google.

Toutefois, de plus en plus de personnes s’étaient spécialisées dans l’acquisition de liens externes en masse et vous proposaient, pour une somme modique, d’inscrire votre site dans un nombre incalculable d’annuaires (entre autres) afin d’obtenir des liens en masse, cela boostant automatiquement votre référencement.

Cependant, vous vous en doutez, ces liens étaient des liens de « mauvaise qualité » et étaient surtout factices dans le sens où ce n’était pas de vraies personnes intéressées par votre contenu qui faisaient ces liens.

Pour vous donner une image simple, on peut comparer cela à la spéculation boursière. En effet, s’il y a trop de spéculation, une bulle se crée. La cotation de l’entreprise n’a alors plus aucun rapport avec sa valeur réelle. Et c’est en général là que survient le crash. Ca a été pareil pour Google : le classement des sites n’avaient plus que peu de rapport avec leur qualité réelle, et donc Google a réagi.

De la quantité vers la qualité

Google a donc commencé à sanctionner toutes ces « fermes » à lien et ces annuaires en dégradant leur classement. Les sites inscrits sur ceux-ci ont logiquement également vu leur classement impacté.

On a donc glissé d’un critère de quantité de liens externes vers un critère de qualité de liens externes. Aujourd’hui, il est beaucoup plus important (et bénéfique) d’avoir quelques liens de qualité qu’une multitude de liens de mauvaise qualité.

La mise à jour du Penguin 2.1 de Google en 2013 a fini d’achever les sites ayant basé leur stratégie de référencement sur l’acquisition de liens (de mauvaise qualité) en masse en dégradant énormément leur classement.

Comment on pouvait arriver en première place sur Google dans le passé

Je vais maintenant vous expliquer comment vous pouviez classer un site en première position pour à peu près n’importe quel mot clef jusqu’en 2013. Cela vous permettra d’avoir une vision beaucoup plus complète et claire de ce que vous pouvez et ne pouvez pas faire avec les liens externes.

La stratégie que je vais vous présenter est ce qu’on appelle le « tiered link building » (comprendre « création pyramidale de liens »).

Un commentaire

  1. Tout ce que tu dis est très juste Pierre, et je partage cet avis, seul bémol, la réduction immédiate de liens, par centaines, et c’est souvent la cas sur des sites qui ont quelques années, provoque une descente aux enfers certaine, et franchement je n’ai pas encore la certitude que l’on peut rattraper le coup, même en alignant une centaine de PR7, PR8. Je reviens tout de même sur la fait, que certains annuaires rares, il est vrai, bénéficient encore d’un bon trust rank doublé d’un PR correct, donc pourquoi s’en passer ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*